DES TÉMOIGNAGES ACCABLANTS

Mon père m’a pénétré à plusieurs reprises. De temps en temps il le faisait devant sa campagne qui se donnait du plaisir en nous regardant.

André

abusé et violé de 6 à 15 ans

“Tous les jours, pour tout et pour rien, ma grand-mère me frappait. Avec des plats. Avec la radio. Avec n’importe quoi. Et la nuit mon grand père me violait. J’avais 8 ans.”

Solange

abandonnée à 4 ans,  battue dès 5 ans, abusée à 8 ans

“Des années plus tard, quand j’ai bien compris ce que j’avais vécu, je me suis réveillée un matin avec l’impression d’être morte, que mon corps n’était plus à moi ”

Danielle

abusée de 5 à 11 ans

Il m’a montré son pénis. Je crois qu’il l’a posé sur le bas de mon dos. La scène suivante dont je me souviens, j’étais face à lui, je remontais mon pantalon. J’ai un black out entre les deux.

Emilie

abusée à 4 ans

Mon père voulait me dessiner les jambes écartées. Puis il a introduit son stylo. Black-out… Ensuite on est dans la baignoire. Il me nettoie, il passe sa main, il met ses doigts. Ce sont les seules images qui me sont revenues. J’avais 8 ans. Je ne sais pas comment la situation a pu évoluer jusque là. Je veux récupérer ma vie.

Emma

violée vers 8 ans

Mon agresseur était derrière moi, je ne le voyais pas, je ne voyais rien. C’était tout à fait surréaliste. A cause de ça, j’ai eu énormément de mal à mettre des images, des mots, sur ce qui m’était arrivé. Depuis, tout a changer.  Pour un printemps “maudit”: 40 ans d’angoisses. Ce qui est arrivé est tellement inhumain.

Sébastien

abusée à 11 ans

Je ne porte pas plainte. Je n’en ai pas la force. Et j’ai peur que ça n’aboutisse pas, qu’on ne me croie pas. 

Marie

violée vers 8 ans

Mes problèmes ont débuté vers 3 ans. Ça a duré jusqu’à 11 ans, à la mort de mon agresseur, mon grand-père. Mais il n’y a pas eu que lui. À 8 ans il me “louait” à trois de ses amis.

Odile

abusée à 3 ans, prostituée à 8 ans

Petites, Sylvie et moi avons été violées à deux, aux mêmes moments l’une à côté de l’autre. Elle me disait: “serre les fesses, comme ça il ne pourra pas te le faire…”. Certains matin, je disais à Sylvie, “tu sais, j’ai rêvé que Tonton Philippe est venu nous faire des choses bizarres cette nuit.”

Et elle me regardait tristement sans rien dire. J’avais besoin de penser que c’était un rêve. Aujourd’hui en regardant la photo de l’âge ou ça m’arrivait, je ne peux pas comprendre.

Barbara

violée à partir de 4 ans

UN COMBAT DANS LEQUEL LA PURETÉ ET L’HORREUR COHABITENT

Bonjour, Je vous écris car comme j’en parlais dans mon précédent témoignage, voici où j’en suis aujourd’hui… quel travail thérapeutique suivre je ne sais plus… voilà juste ce que j’ai écrit ce matin… Je me permets de vous écrire car je mène un combat pour ma fille et je ne sais plus quoi faire. Je suis une maman de 31 ans. J’ai tenté tellement de pistes malheureusement..

J’aimerais parvenir à expliquer mon mal être, toucher quelqu’un qui puisse nous aider dans ce combat dans lequel la pureté et l’horreur cohabitent.

Je vis, je survis en état de choc, de stress post traumatique. J’ai été victime d’inceste et de maltraitances psychologiques jusqu’à la naissance de ma fille, moment où j’ai enfin pu couper les ponts avec ce père et ce frère. Pas encore avec cette mère pour le moment.

Entre autres. Je pourrais vous expliquer ce que cela implique au quotidien.. Je suis brisée, je ne me sens rien.. à réparer pas à jeter… pas à jeter car j’ai ma fille de 4 ans. Pourtant il ne me semble pas y avoir d’autre alternative. J’ai le bonheur sous les yeux mais je suis impuissante, je vis une double peine. Bloquée dans mes traumatismes. Ma vie s’arrête à nouveau. Je n’arrive plus à rien faire, à ressentir ce corps souillé, à m’estimer après avoir été l’objet de tous… manipulée et détruite par ceux qui devaient m’élever et m’aimer.

J’en ai vu des thérapeutes mais il faut avancer dans un monde où tout va vite, il faut de l’argent pour se soigner c’est le serpent qui se mord la queue. J’ai fait des tas de démarches, il existe tellement peu d’alternatives pour les victimes. Ressentir cette vie qui fait si mal. Être seule face à cela. Voir cette enfant exceptionnelle et ne pas pouvoir agir. Cancérisée par le chagrin.

Je trouve tout ça tellement injuste. Je sais que je suis morte à l’intérieur. J’ai essayé de tenir, de me voiler la face pour elle mais le passé m’a rattrapée suite au dépôt de plainte que j’ai fait. Je n’arrive pas à lui offrir sa vraie maman. Manger, se lever, boire.. tout est un supplice. J’arrive seulement à fonctionner un peu au contact de ma fille mais tout le reste est irréel. Je n’arrive pas à me faire à l’idée de ne pouvoir donner le meilleur à mon enfant pour réparer tout ça et dire stop à toutes ces violences familiales. C’est insupportable.

Mon mari fait ce qu’il peut mais nous nous trouvons à nouveau dans l’impasse. Nous avons changé de région pour mettre à l’abri entre autres notre fille de ces personnes malsaines mais nous allons sans doute devoir repartir dans cette ancienne maison. Je ne suis plus sûre que dans un combat entre le bien et le mal, ce soit toujours le bien qui l’emporte. Je suis prête à faire beaucoup pour sortir de cette situation, c’est un appel à l’aide que je lance. Je vous remercie sincèrement et j’espère tellement une implication quelconque afin de réparer tout ce mal, sortir de ces tabous et j’en passe. Ma fille m’a redonné l’espoir de croire que des élans d’humanité pourraient peut-être encore exister… elle est la seule once de douceur que la vie a pu me donner…

MESSAGE À UNE REBELLE DANS LA SOLITUDE DE SON COMBAT

J’ai été multi-victime d’inceste et d’agressions sexuelles continues dans l’enfance. Je me suis auto-mutilé, je me suis auto-saboté, je me suis « auto-suicidé », je me suis auto-sabordé professionnellement et socialement, j’ai plongé dans l’alcool pensant savoir nager; j’ai adopté des conduites à risques sur tous les plans, j’ai connu les phobies et la tabagie, j’ai supporté des agressions sexuelles sans me défendre ni réagir, j’ai été longuement inconscient de ces conduites, j’ai vécu jusque tardivement dans le déni des diverses manipulations qui m’étaient faites; j’ai vécu dans une méfiance qui m’enfonçait davantage, j’ai vécu dans la honte, j’ai vécu dans la misère morale en toute conscience et incapable d’en sortir; j’ai subi des violences physiques et je me suis mis en colère : je suis devenu révolté et rebelle, voire haineux.

J’ai pensé judicieux d’écraser mes sentiments alors que mes préférences n’étaient pas respectées ni mes choix pris en considération, j’ai été traité de fou durant des lustres et je pensais que c’était bien, j’ai connu l’ostracisme et l’opprobre en plus des harcèlements. J’ai accepté longtemps de me laisser détruire et l’indignité était devenue mon quotidien.

J’étais incapable d’aimer mais je cherchais désespérément à être aimé, touché, caressé au risque d’être à nouveau profondément détruit. J’étais déprimé sans conscience qu’il pût en être autrement, j’ai été battu au propre et au figuré, j’ai erré en dérive… en désespérance d’un rivage.

MAIS JE NE L’OUBLIE PAS !!!!!!!! ET JE VOIS MES SŒURS ET MES FRÈRES DANS LEURS CHAÎNES !!!!!!!!!!!

Combien de fois faut-il mourir de l’intérieur pour retrouver des forces vives et apprendre à sentir, à reconnaître ses émotions, à revendiquer sa dignité ? Tu mènes ce combat en prenant tous les risques, tu crânes gentiment sans dire un mot plus haut que l’autre :

  • Le moment est arrivé de sortir les couteaux et de te mettre en colère; le moment est arrivé de prendre la mesure des dégâts que l’on t’a causés; le moment est arrivé de penser à toi et de prendre ce qui te revient.
  • Le moment est arrivé de hausser le ton sans craindre de déplaire, le moment est arrivé d’imposer ta place où que tu ailles.
  • Le moment est arrivé de reconnaître les prédateurs et les pervers pour ce qu’ils sont et où qu’ils se trouvent.
  • Le moment est arrivé de savoir porter des reproches à celles ou ceux qui te négligent en ne faisant pas leur travail.
  • Le moment est arrivé d’accepter la tendresse, la gentillesse et l’amitié comme des forces vives, spirituelles et dynamisantes.
  • Le moment est arrivé d’accepter de l’aide de tes amies et amis et de savoir rejeter les pièges tendus par les parasites.
  • Le moment est arrivé de concevoir ta valeur et la valeur de tes sacrifices, la valeur de ta noblesse, la valeur de ton courage.
  • Le moment est arrivé de te FAIRE RESPECTER ET AIMER.

 

Par mon témoignage, je te rends hommage : touche mes plaies et panse les tiennes. LES DROITS ET LA LIBERTÉ NE SE DONNENT PAS : ILS SE PRENNENT !!!!

Victor 2013
Auteur de romans, nouvelles, poésies et essais regroupés sous le titre de « Rebelles homéostasiques »
http://www.monpetitediteur.com  –  http://www.thebookedition.com

RÉAGISSONS !

IED DEMANDE QUE LA CAUSE DES ENFANTS SOIT DÉCRÉTÉE

« GRANDE CAUSE NATIONALE »

LISEZ NOS 10 COMMANDEMENTS